“Parce qu’il faut donner du pouvoir au peuple d’une façon progressive et intelligente”

À vous la parole ! Pour­quoi sou­te­nez-vous Cla­ra Egger et Espoir RIC 2022 ?
Témoi­gnage de Jean-Jacques CALLIET :

Je suis depuis sep­tembre 2019 retrai­té de l’é­du­ca­tion natio­nale pour laquelle j’ai exer­cé le métier de pro­fes­seur de mathé­ma­tiques cer­ti­fié. J’ai ensei­gné prin­ci­pa­le­ment en col­lège dans l’a­ca­dé­mie de Montpellier.

Comme beau­coup de gens, j’ai été un peu sidé­ré au début de la crise sani­taire en février 2020 et j’ai admis les mesures gou­ver­ne­men­tales sans trop m’y pen­cher. Mais peu à peu, j’ai res­sen­ti le besoin de com­prendre le pour­quoi de ces mesures, notam­ment le confi­ne­ment puis ensuite la ques­tion des masques, et enfin bien sûr en 2021 le pass sani­taire et l’o­bli­ga­tion vac­ci­nale. Ce qui m’a aler­té assez rapi­de­ment dès le début de la crise, c’est la com­mu­ni­ca­tion sur les don­nées. Il m’est appa­ru assez rapi­de­ment qu’il y avait des biais impor­tants, par exemple le fait de com­mu­ni­quer des don­nées cumu­lées, ou encore des chiffres dans l’ab­so­lu sans réfé­rence per­met­tant de les relativiser.

Cela m’a ame­né à me rap­pro­cher du col­lec­tif Réin­fo Covid à la fin de l’é­té 2020. J’y ai ren­con­tré des scien­ti­fiques qui se posaient de vraies ques­tions sur la nature réelle de l’é­pi­dé­mie et sur la com­mu­ni­ca­tion du gou­ver­ne­ment. J’ai pro­po­sé mes ser­vices en tant que relec­teur des pro­duc­tions scien­ti­fiques du col­lec­tif. Je me suis par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sé aux tra­vail de Vincent Pavan, uni­ver­si­taire ensei­gnant-cher­cheur en mathé­ma­tiques à Aix-en-Pro­vence, qui est un spé­cia­liste de la ques­tion de la modé­li­sa­tion mathé­ma­tique et qui a très vite com­pris les dérives de cer­tains modé­li­sa­teurs à pro­pos des pro­jec­tions catas­tro­phistes sur les­quelles les auto­ri­tés de san­té se sont appuyées. Comme on le sait ces pro­jec­tions ont ser­vi de pré­texte à notre gou­ver­ne­ment pour mettre en place des mesures liber­ti­cides au nom de la science. Mais au-delà, la façon dont les déci­sions ont été prises par la suite, méthode qui per­dure aujourd’­hui, m’a pro­fon­dé­ment choqué.

Pas de trans­pa­rence, pas de prise en compte des opi­nions diver­gentes pour­tant très étayées par des scien­ti­fiques expé­ri­men­tés de renom, pas de débat par­le­men­taire réel, aucune consul­ta­tion popu­laire, sui­visme ahu­ris­sant des ins­ti­tu­tions char­gées de véri­fier la cohé­rence des mesures avec le droit et la constitution.

Tout au long de cette année 2021, j’ai pu consta­ter à quel point notre démo­cra­tie était en train de dys­fonc­tion­ner gravement.

C’est ce qui m’a ame­né à m’in­té­res­ser depuis deux mois à la can­di­da­ture de Cla­ra Egger. J’a­vais une très vague notion de ce qu’est le RIC, j’en étais res­té à quelques slo­gans du mou­ve­ment des gilets jaunes. J’a­voue hum­ble­ment que je n’a­vais pas pris la mesure de ce mou­ve­ment lors­qu’il s’est décla­ré, me lais­sant aller à la faci­li­té de la cri­tique biai­sée qui trans­pa­rais­sait dans la plu­part des médias. J’ai revu depuis mon point de vue sur ce mou­ve­ment et sur le RIC en par­ti­cu­lier. Je me suis sou­ve­nu que je m’é­tais inté­res­sé à ce que disait Etienne Chouard dont j’a­vais écou­té quelques confé­rences il y a des années, mais je n’a­vais pa fait le lien au moment des gilets jaunes…

J’ai main­te­nant une vue bien plus claire sur tout ce domaine et regrette trois choses :

  • un, d’a­voir voté pour l’Eu­rope de Maastricht,
  • deux de n’a­voir pas réagi au moment où notre gou­ver­ne­ment est pas­sé en force après le référendum,
  • trois d’a­voir fait confiance à Emma­nuel Macron en votant pour lui en 2017.

Je suis main­te­nant fer­me­ment convain­cu que l’ins­tau­ra­tion d’un RIC consti­tu­tion­nel en France, non seule­ment est pos­sible, mais que son avè­ne­ment per­met­trait de redon­ner son pou­voir au peuple et ce d’une façon pro­gres­sive et intelligente.

En tant qu’en­sei­gnant, je ne peux que sous­crire à l’i­dée que c’est en réflé­chis­sant, en s’in­for­mant, en ques­tion­nant lors de périodes pré­pa­ra­toires à des vota­tions, en sachant que sa déci­sion sera prise en compte après réfé­ren­dum, que le peuple peut retrou­ver confiance en la démo­cra­tie qui reste, pour nous fran­çais en par­ti­cu­lier, le plus bel héri­tage des Lumières et de notre révo­lu­tion Française.

Le mathé­ma­ti­cien que je suis a tou­jours été un fervent admi­ra­teur des tra­vaux de Condor­cet, qui par­mi les pre­miers intel­lec­tuels du 18eme siècle, a réflé­chi sur les façons les plus justes de consul­ter le peuple pour lui don­ner le pou­voir de chan­ger les institutions.

Je sou­haite vrai­ment que Cla­ra Egger puisse obte­nir les 500 signa­tures néces­saires pour se pré­sen­ter. Quelle que soit l’is­sue de cette pré­si­den­tielle, si elle y par­ti­cipe, cela fera bou­ger sans aucun doute les lignes.

Bon cou­rage à elle et à son équipe !

Jean-Jacques CALLIET

Découvrir d'autres témoignages