Espace presse

Numéro exclusivement réservé aux médias
+33 (0)6 18 34 97 87

NOS COMMUNIQUÉS DE PRESSE

19 octobre 2021
Notre proposition de loi constitutionnelle
pour le RIC Constituant présentée à l’Assemblée nationale

La proposition de révision constitutionnelle introduisant le RIC Constituant portée par Espoir RIC 2022 continue de circuler.

Après avoir été mise en ligne sur le site des pétitions de l’Assemblée nationale par le collectif Opération RIC, elle devient maintenant une véritable proposition de loi portée par le député Jean Lassalle : https://www.assemblee- nationale.fr/dyn/15/textes/l15b4516_proposition-loi

Cette proposition, cependant, n’a aucune chance d’être examinée si un groupe parlementaire ne la soutient pas. Pour cela, il est nécessaire que d’autres députés puissent la cosigner.

Nous demandons donc à nos concitoyens d’écrire à leurs députés pour leur demander de la soutenir. Nous demandons également à nos députés de la soutenir.

Il s’agit, pour un député, du meilleur gage pour obtenir notre confance : soutenir une proposition qui va élargir des droits (actuellement restreints à notre classe politique) à tous les citoyens.

Pour ce qui est de Jean Lassalle, nous le remercions chaleureusement pour cette initiative et nous sommes prêts à collaborer avec lui s’il décide de s’engager, comme premier point de son programme à l’élection présidentielle, à soumettre à référendum populaire ce même texte dans les quinze jours qui suivent son éventuelle élection.

À ce jour, seule Clara Egger, la candidate d’Espoir RIC 2022, porte avec sérieux cette promesse émancipatrice à l’élection présidentielle.

12 octobre 2021 – La Constitution française demeure
le fondement juridique de notre État de droit

Depuis la décision de la Cour constitutionnelle polonaise, la Commission européenne et la plupart des responsables politiques et médiatiques à travers l’Europe sèment la confusion en diffusant des informations incorrectes sur le rapport entre droit européen et droits nationaux.

Cette propagande du chaos et de la peur, relayée par notre président lui-même, vise précisément à décrédibiliser le seul combat qui compte pour notre souveraineté : celuide la reprise de contrôle sur notre Constitution par l’instauration du RIC Constituant.

Rappelons-le de façon claire : notre Constitution prime sur toutes les autres normesde droit, quelles qu’elles soient, y compris les normes de droit européennes. La Pologne a encore démontré récemment, comme l’Irlande et le Danemark l’ont fait avant elle, que les États membres de l’UE gardent leur pleine souveraineté nationale. Il suffit pour s’en convaincre de consulter la jurisprudence du Conseil constitutionnel français qui confirme également cela pour la France. On pourrait attendre de nos responsables politiques et des candidats à la présidentielle qu’ils aient à cœur de montrer qu’ils maîtrisent ce point essentiel avant de prendre la parole publiquement.

Réclamer la souveraineté de la France, c’est réclamer ce que nous avons déjà.  Il faut donc cesser de faire beaucoup de bruit pour rien.

Par contre, les citoyens français, eux, n’ont pas la souveraineté, puisqu’ils n’ont pas la possibilité de réviser leur propre Constitution. Ce qu’il nous manque cruellement, ce sont les modalités pratiques de l’exercice de cette souveraineté populaire, c’est-à-dire le contrôle citoyen sur la Constitution, qui permettrait de nous adapter collectivement au monde tel qu’il change autour de nous.

Personne n’oserait aujourd’hui se déclarer contre la démocratie, mais ils sont nombreux, les décideurs en place et leurs relais médiatiques, à laisser entendre que la vraie démocratie est inaccessible et que la seule voie praticable consisterait à s’en remettre à des hommes politiques compétents, voire à un leader providentiel.

Ne nous trompons pas : l’enjeu principal de notre démocratie est la capacité de nos concitoyens de réviser et protéger notre Constitution pour devenir les donneurs d’ordre de leurs représentants, qu’ils soient nationaux ou européens.

En 2022, prenons la Constitution !

26 avril 2021 – Une candidate
pour la transition démocratique

Des militants pour une démocratie digne de ce nom ont fondé le mouvement Espoir RIC 2022 – Ensemble pour la Souveraineté POpulaire par l’Initiative Référendaire – pour porter une candidature citoyenne à la prochaine élection présidentielle. Objectif : assurer la transition vers un système politique équilibré, apaisé et démocratique. Clara Egger, enseignante-chercheuse en sciences politiques, a accepté de relever le défi de l’élection.

Le Référendum d’Initiative Citoyenne Constituant, clé de cette transition, permettra d’instaurer un contrôle permanent des citoyens sur la sphère publique. Ces derniers pourront alors fixer eux-mêmes les règles du jeu politique et ne perdront plus tout pouvoir entre deux élections.

Cette candidature vise à mettre fin à la tendance autoritaire et à la concentration des pouvoirs dont la France est victime aujourd’hui.

La promesse de campagne de Clara Egger est claire : « Dans les plus brefs délais compatibles avec la loi, je m’engage à organiser dès mon élection un référendum fondé sur l’article 11 de la Constitution pour instaurer le Référendum d’Initiative Citoyenne Constituant dans l’article 89 de la Constitution. »

L’article 89 détermine en effet qui, en France, a le dernier mot sur les modifications de la norme de droit la plus importante, la Constitution. L’article 11 donne lui au président le pouvoir de soumettre à référendum toute réforme sur l’organisation des pouvoirs publics. On se souvient que cet article a été utilisé par le général de Gaulle pour modifier la Constitution et que le président Mitterrand a reconnu le bien-fondé de cette procédure.

Clara Egger s’engage également à laisser le Premier ministre gouverner et le Parlement faire la loi, sur la base du projet de société préféré par les Français lors des législatives.

Elle remplira les véritables prérogatives d’une présidente de la République : garantir l’équilibre des pouvoirs et le respect des institutions.

Mère de famille née en 1988 en Ardèche, Clara Egger est enseignante-chercheuse à l’université de Groningen (Pays-Bas), spécialiste des enjeux de démocratisation, en particulier en lien avec la politique internationale et l’Europe. Elle a co-écrit le livre RIC : le référendum d’initiative citoyenne expliqué à tous, qui synthétise les recherches sur le RIC dans le monde et contient une proposition de réforme institutionnelle pour la France par l’instauration du RIC Constituant.

Clara est convaincue depuis longtemps que des institutions et des services publics contrôlés par les citoyens seront au service des citoyens. C’est le moteur de son engagement.